Pompe à chaleur air-eau : Les détails sur son fonctionnement

Dans la grande famille des pompes à chaleur se trouve le type fonctionnant par le système d’aérothermie. La PAC aérothermique est proposée en deux modèles, air-air et air-eau. Éligible aux critères d’obtention de crédit d’impôt, la PAC air-eau fait presque l’objet d’engouement chez les utilisateurs de thermopompe. Aussi, ce type d’appareil ne manque pas d’atouts grâce aux capacités technologiques et la performance de ses composants. Pour mieux comprendre le génie dans la conception d’une pompe à chaleur air-eau, il convient de s’étaler sur son fonctionnement. En voici l’explication.

Si vous êtes plutôt intéressé par les PAC Air Air, retrouvez tous les détails par ici:

http://france-pompe-a-chaleur.fr/air-air

La performance d’une pompe à chaleur air-eau en quelques mots

Tout au long de sa durée de vie moyenne de vingt ans, une pompe à chaleur air-eau est prévue pour réduire de manière significative la facture d’électricité. Elle est en effet une alternative efficace à la chaudière, car elle puise de l’énergie de l’air extérieur pour fonctionner en tant que chauffage et/ou climatiseur. Comparée à une thermopompe hydrothermique ou géothermique, une PAC air-eau se compose d’éléments qui offrent une grande facilité d’installation aux professionnels. En conséquence, les consommateurs sont motivés à l’utiliser pour satisfaire différents besoins. D’entre les possibilités occasionnées par l’utilisation de PAC air-eau figure la mise en place de plancher chauffant, la production d’eau chaude sanitaire courante dans une habitation, et la climatisation de l’air intérieur. Il n’en reste pas moins que ce type de pompe à chaleur est un excellent allié écologique. Puisant de l’air extérieur dans son principe de fonctionnement, elle exploite alors l’énergie renouvelable, tout à fait en réponse à la protection de l’environnement.

Découvrez par ici un comparatif des différents types de PAC:

http://france-pompe-a-chaleur.fr/comparatif

Gros plan sur le fonctionnement d’une pompe à chaleur air-eau

Comme l’air et l’eau sont les principaux éléments à l’enjeu dans le fonctionnement d’une pompe à chaleur air-eau, la transformation ne s’effectue pas par magie, mais par l’activité de quatre composants. Le cycle commence au niveau de l’évaporateur, se poursuit dans le compresseur, dans le condenseur, puis se termine dans le détendeur.

  • Dans l’évaporateur :

À l’origine, la pompe à chaleur fait entrer de l’air pour procurer des calories à faire capter par l’évaporateur. Une fois les calories prélevées, une transmission s’effectue au circuit de fluide frigorigène. Jusqu’à ce stade, le procédé se réalise à une basse température.

  • Dans le compresseur :

Conçu pour exercer une pression sur le gaz qui va y passer, le compresseur a pour rôle de convertir les calories extraites de l’air en gaz haute pression. Une augmentation de température va se réaliser dans une transformation du liquide en gaz.

  • Dans le condenseur :

À savoir que dans une basse température, le gaz retrouve un état liquide, puis s’active dans le circuit de chauffage.

  • Dans le détendeur :

Assurant la fonction d’un décompresseur, le détendeur réduit la pression exercée dans le circuit frigorigène afin de regagner une température inférieure. Cela permet au cycle de recommencer, dont le prélèvement de calories depuis l’air extérieur.

Dans tout le cycle de transformation de calories en gaz, en liquide, puis en gaz, il est utile de savoir qu’une consommation d’électricité est nécessaire à la production d’une certaine quantité de chaleur. Pour une PAC air-eau, le coefficient optimal de performance est de 3 pour 1 kW de courant consommé.